Le miel

Concentration en eau
Le miel est un produit qui se conserve très bien et assez longtemps.
La propriété antiseptique du miel découle de l'incapacité des microorganismes à croître dans un milieu aussi concentré en sucre et pauvre en eau.


Acidité

Au cours de la fabrication du miel, une réaction enzymatique transforme le glucose, l'eau et le dioxygène en acide gluconique et en peroxyde d'hydrogène selon la réaction :

    (Glucose oxydase) +  Glucose + eau   +   dioxygène  → acide Gluconique + peroxyde d'hydrogène

    (Glucose oxydase)  +   C6H12O6  +  H2O  +   O2       →            C6H12O7     +   H2O2

Le glucose oxydase (GOX), n'est pas active dans le miel pure, en revanche l'enzyme devient active quand le miel est dilué avec un peu d'humidité, comme sur la peau et dans une plaie.
Grâce à l'acide gluconique qu'il contient, le miel a un faible pH situé entre 3,2 et 4,5, il représente donc un milieu acide.

                                                
Ce pH est suffisant pour inhiber de nombreux pathogènes, qui ont besoin d'un pH entre 7,2 et 7,4.
Le miel peut en effet être employé comme antiseptique sur une plaie car le milieu acide est défavorable au développement bactérien.
L'enzyme est sensible à la lumière et à la chaleur, il est détruit par la chaleur, il est donc important de stocker son miel dans un endroit frais à l'abri de la lumière et comme nous avons besoin des enzymes pendant la digestion des aliments, il ne faut pas chauffer le miel.

Peroxyde d'hydrogène
Le peroxyde d'hydrogène H2O2 dont la formule semi-développée est H-O-O-H, est le principal composant antibactérien du miel il est produit par les enzymes présentes dans le miel. C'est un composé chimique qui contient l'ion peroxyde (O22-). Cet ion consiste en une liaison simple entre deux atomes d'oxygènes: (O-O)2-. C'est un oxydant puissant.
La molécule de peroxyde d'hydrogène contient un atome d'oxygène extra en comparaison à la plus stable molécule d'eau. La liaison entre les deux atomes d'oxygènes, aussi appelée liaison peroxyde, est cassée alors que deux radicaux H-O sont formés. Ces radicaux réagissent rapidement avec d'autres substances alors que de nouveaux radicaux sont formés et qu'une chaîne de réactions a alors lieu.
La solution de peroxyde d'hydrogène ressemble à de l'eau et peut être dissoute dans l'eau sans restriction. Pour de hautes concentrations, ces solutions sont irritantes et dégagent une odeur acide. Le peroxyde d'hydrogène est inflammable. A basses températures, il devient solide.
La libération lente des faibles concentrations de peroxyde d'hydrogène « un antiseptique connu pour tuer les bactéries (eau oxygénée) » entraîne un effet antibactérien durable.
Il joue le rôle d'agent oxydant qui dénature les protéines des microorganismes. 

Pour bénéficier des qualités antiseptiques du miel, il faut le diluer pour diminuer son acidité. De cette façon, le miel libère de petites quantités de peroxyde. Ce dernier, même en faible concentration, attaque les microorganismes mais reste sans danger pour les cellules humaines.
C'est un antiseptique doux qui préserve les tissus tout en favorisant la multiplication des cellules réparant les tissus lésés par l'infection
La concentration de peroxyde varie selon la fleur choisie pour produire le miel.

Viscosité
D'autres caractéristiques du miel lui confèrent un pouvoir antibactérien important. Sa viscosité, par exemple, limite la dissolution de l'oxygène, assurant ainsi une meilleure oxygénation des tissus. D'autre part, sa faible concentration en protéines empêche les bactéries de croître correctement.

 Les flavonoïdes

L'effet anti-inflammatoire du miel peut partiellement être expliqué par la présence de flavonoïdes originaires du nectar et du pollen.
 

Les flavonoïdes  se révèlent particulièrement efficaces pour réduire la perméabilité des vaisseaux sanguins (propriétés vasculoprotectrices et veinotoniques). Ils sont notamment utilisés pour traiter les crises hémorroïdaires, les jambes lourdes et les troubles de la fragilité capillaire. Ils renforcent le système immunitaire et protègent nos vaisseaux en stimulant la synthèse du collagène de leurs parois
Ces flavonoïdes ont un effet très favorable sur notre santé par leurs actions anti-inflammatoires, antivirales, cicatrisantes, et antitoxiques.
Ils ont également un fort effet antioxydant et emprisonnent donc les radicaux oxygénés néfastes.
Ils améliorent la fonction de la vitamine C et protègent de l'oxydation. Ils ont des effets bénéfiques pour le cœur, les artères, le foie, le système immunitaire, les tissus musculaires et le système nerveux.
 

Récemment, le miel a été redécouvert par le corps médical en tant que traitement des brûlures, des plaies infectées et des ulcères. Appliquer du miel sur les plaies, pratique courante dans les temps anciens, ne se faisait guère plus depuis l'avènement des antibiotiques. Mais, l'apparition de souches de bactéries résistantes aux antibiotiques ont conduit à la renaissance du miel.
Des études cliniques ont démontré son action antibactérienne sur un large spectre et ses propriétés cicatrisantes, sans effet secondaire sur les tissus infectés. Il favorise également la croissance des tissus et diminue l'enflure. Tant et si bien qu'on l'utilise désormais dans certains hôpitaux pour la cicatrisation des plaies.
Le Pr Bernard Descottes. Chef de service de chirurgie viscérale et transplantations au CHU de Limoges a expérimenté l'utilisation du miel pour panser les plaies importantes et les escarres. Ses travaux ont confirmé le fort pouvoir cicatrisant du miel, préalablement sélectionné avec soin. Il conseille le miel de thym.

Voici des exemples de guérison, grâce au miel:
 

 

 

 

 

                                           

   

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site